Les méfaits du réchauffement climatique à Pélissanne

image001Le réchauffement climatique n’est plus une vue de l’esprit, c’est hélas une réalité en France, en Provence et à Pélissanne en particulier. Les conséquences en sont terribles pour nos agriculteurs, spécialement pour les producteurs d’huile d’olive, dès cette année.

Les promeneurs qui fréquentent les sentiers de la colline ont vu un premier producteur contraint, pour sauver sa récolte 2014, à investir dans de ruineux équipements. Qu’on en juge : une ligne électrique enterrée sur 200 mètres, deux poteaux pour la partie aérienne de la ligne et un compteur, ainsi qu’un forage obligatoirement profond, sur les contreforts de la colline. Il s’agit d’un investissement de l’ordre de 20 000 Euros, pour un champ comptant une grosse centaine d’oliviers et une récolte annuelle d’une centaine de litres d’huile d’olive. Un amortissement sur 20 ans imposerait un surcoût de 10 Euros par litres !

Si les autres producteurs en étaient réduits à devoir s’équiper eux-aussi, quel scénario catastrophe ! Le micro-climat de Pélissanne s’avèrerait destructeur pour les membres de la coopérative du Moulin Jean Bertrand, dont même les produits classés AOC ne pourraient plus supporter la concurrence.

Mais il est un autre scénario, beaucoup moins dramatique celui-là : cet investissement ne serait que le prélude à la construction d’une maison. Hélas ! le maire a déjà consenti, en autorisant l’installation de ces deux poteaux, à dégrader singulièrement le paysage de la colline, vierge jusque-là de ce genre de trace de la civilisation. Il n’oserait jamais accorder un permis de construire sur cette parcelle en zone N1 de « son » PLU, en boisé classé de surcroît.

C’est donc malheureusement le scénario du pire qui attend les producteurs d’huile d’olive de Pélissanne.

Publicités